La science et techno en famille – Légumes éternels

Sur certains réseaux sociaux, on voit des personnes présenter des légumes qui pourraient repousser quasi éternellement. Des carottes, de la laitue, du fenouil, du céleri qui pourraient pousser toute l’année sur le comptoir de la cuisine: c’est un rêve pour plusieurs!

Mais qu’en est-il vraiment? Alors, pourquoi ne pas l’essayer pour découvrir si c’est vrai?

Pour tous les cycles (6 à 13 ans)

Sauf pour les petits, l’enfant devrait être en mesure de faire la grande partie de cette activité seul. Des encouragements peuvent être nécessaires puisque les résultats sont lents à apparaitre.

->Aperçu de l’activité*

-> Présentation de l’activité en format balado (pour les parents)

-> Présentation de l’activité en format balado (pour les enfants)

Matériel nécessaire

Et pour l’expérience :

  • Des sections de légumes (ex. : laitue, carottes, échalotes, fenouil, céleri, etc.) :
  • Des contenants (ex. : verres, tasses, petits pots de yogourt ou de compote, barquette en plastique, contenant pour les champignons …)
  • Eau
  • Cure-dents, ficelle, élastiques (au besoin)
  • Règle
  • Appareil numérique pour photographier (facultatif)

Se préparer

Avant de se lancer, l’enfant est invité à se préparer:

  • Il doit prévoir comment noter tes découvertes.
    • On propose un modèle de fiche d’observation pour préparer son tableau de résultats.
    • L’utilisation d’un appareil numérique (ex. : tablette ou iPod) pour photographier peut aussi être utile, mais ce n’est pas nécessaire.
  • Il se familiarise avec le vocabulaire lié à l’expérience grâce à la fiche Les mots des légumes éternels.
  • Il prépare son matériel et l’expérimentation. La fiche de consigne le guide étape par étape. L’infographie lui sert d’aide-mémoire.
  • Il doit aussi choisir le ou les légumes pour son expérimentation ainsi que les contenants qu’il utilisera.

Action!

C’est maintenant le temps d’expérimenter. L’enfant doit être méthodique et observer attentivement ce qui se passe. On lui rappelle de noter tout ce qu’il voit. Il peut aussi faire des illustrations ou prendre des photos.

  1. On place les légumes dans les pots. Au besoin, on utilise des cure-dents et de la ficelle ou des élastiques pour les faire tenir correctement.
  2. On ajoute de l’eau.
  3. On note nos hypothèses pour chaque test (Qu’est-ce qui devrait se passer? Pourquoi je le pense?).
  4. On observe chaque jour le développement en notant ce qui se passe (ou ne se passe pas!).
  5. On change l’eau à l’occasion pour éviter les moisissures.

 

Le bilan et la communication des résultats

Après une semaine (ou même deux), on fait un bilan de l’expérience.

-> Qu’est-ce que cela a donné? Est-ce que les hypothèses ont été confirmées? Pourrait-on améliorer l’expérience pour avoir de meilleurs résultats?

L’enfant peut finalement présenter ses découvertes à un membre de la famille par une simple présentation orale. On lui demande alors comment il a fait et s’il a eu à se réajuster. On insiste pour qu’il utilise les bons mots. C’est le bon moment pour partager des astuces de nettoyage.

Il peut être judicieux que l’enfant échange avec d’autres qui auraient fait une expérience similaire pour de meilleures conclusions.

Des plus petits aux plus grands, on adapte l’activité

Les petits

Avec les petits, on peut tester qu’un seul légume avec lequel les résultats sont rapides et faciles à observer (ex. : céleri, laitue). On choisit une partie qui poussera : la plupart du temps, c’est la partie entre la tige et la racine.

Les moyens

Avec les moyens, on les invite à faire preuve d’initiative et à choisir eux-mêmes les légumes et leur façon de s’organiser. Ils peuvent tester plusieurs légumes ou tester plusieurs parties d’un même légume.

Les grands et les plus vites

Les plus grands devraient être encore moins guidés. On peut saisir l’occasion afin de développer ou d’affirmer leur autonomie. Ils devraient donc planifier eux-mêmes l’organisation de l’expérience. De plus, ils devraient travailler avec plusieurs légumes différents ET tester différentes parties.

Les plus grands sont aussi invités à être plus rigoureux dans leur démarche :

Ils pourraient mesurer de façon plus précise et faire leurs observations de façon systématique.

Ils devraient faire plusieurs essais pour confirmer leurs résultats (3 à 5 pour un même légume, pour une même partie de légume).

Ils devraient noter tous leurs résultats et des observations détaillées.

Pour aller plus loin

  • On fait les mêmes tests, mais dans d’autres conditions (ex. : dans le réfrigérateur, dans une armoire sans lumière, dehors).
  • On s’informe et découvre les besoins des plantes.
  • On compare les nouvelles pousses avec le même légume fraichement acheté pour découvrir les similitudes et les différences.
  • On peut aussi faire une recherche sur la culture maraichère et découvrir les entreprises québécoises qui font de l’agriculture hydroponique.
  • Finalement, on peut concevoir une affiche pour inciter à faire cette forme de jardinage intérieur.

IMPORTANT : N’oubliez pas respecter les directives gouvernementales visant à limiter la propagation de la pandémie. Ces directives sont continuellement mises à jour à l’adresse www.quebec.ca/coronavirus. Certaines activités pourraient alors demander à être modifiées.


Remerciements

  • *Un grand merci à Marie-Ève Naud pour cette autre infographie!

Source : Science-Technologie CSDM (2019). SAÉ Légumes éternels. Le planificateur de sciences. Repéré sur Le planificateur de sciences